Illusion

Michel Perrier – 2019 – Artiste contemporain

La manipulation mentale, vous connaissez ? je cite : « La manipulation mentale consiste à mettre en place une emprise sur la conscience d’autrui pour pouvoir la contrôler de façon à lui faire adopter des comportements qui ne sont pas dans son intérêt. Voir sa victime répondre de façon favorable à sa manipulation est jouissif pour le manipulateur ». C’est la définition telle que nous la connaissons.

Il y a différents manipulateurs/manipulatrices, cela peut aller à un simple détournement d’objectif, juste pour éprouver le pouvoir d’avoir raison et d’amener la personne où on veut l’amener. Exemple : « il ou elle aimerait que vous travailliez dans cette société, il ou elle fera donc tout pour que vous alliez dans cette société mais vous fera croire que c’est vous qui l’avez choisie ». Tout simplement pour sa satisfaction personnelle, presque pas d’intérêt me direz-vous ? Eh bien si, l’intérêt que vous serez presque obligé de recontacter une nouvelle fois cette personne et ainsi l’emprise est faite.

Mais cela peut aller aussi beaucoup plus loin, jusqu’à utiliser la violence, le lavage de cerveau et/ou enfin donner la mort de quelque manière que ce soit. C’est de cette manipulation là qu’il s’agit dans le roman dont je vous fais le retour ci-dessous.

Je vous présente une nouvelle fois, Frédéric Soulier avec ce nouveau livre :

“Ainsi tuent les Hyènes”
Frédéric Soulier

Extrait d’une phrase du synopsis :

“… Et comment faire à nouveau confiance, quand sous le masque se cache peut-être une Hyène ?”

L’histoire se passe en Afrique centrale.

Personnages principaux : Trésor et Félicité

Cette dernière, se prostitue et se drogue dès l’âge de 15 ans.

Lui, il pratique les jeux de cartes de manipulation (bonneteau) et se fait embrigader par Ulrich qui se fait passer pour une espèce de voyant, de spirite qui a l’art et la manière d’utiliser, sur tout un tas d’être crédules, la manipulation mentale. D’ailleurs, tout au long de l’histoire cette manipulation est reine et Frédéric Soulier nous explique par diverses manières comment telle ou telle personne peut se faire manipuler.

Les deux héros de ce roman ont perdu leur parents, tués par des hyènes (milice) ou monstre à visage humain, devant leurs yeux (ils étaient cachés, ils ont tout vu avant de fuir). Ils ont été cachés une nouvelle fois par Honorine, dans une cave de 5 à 8m2 en vivant et/ou en voyant encore des épisodes d’horreur.

L’auteur nous relate alors, avec le talent qui le caractérise et crûment, comme à son habitude, l’histoire de ces deux enfants puis jeunes adultes, séparément. Il y aura donc la vie de Trésor, de sa sœur Félicité, la vie des deux ensemble mais il nous raconte aussi comment et pourquoi ils se sont retrouvés à être séparés.

On navigue donc sans cesse entre ces quatre parties d’histoire, essentielles à la compréhension de cette terrible aventure.

Puis le final avec une Félicité extraordinairement courageuse mais je ne vous dévoilerai pas une once de tout ce qui s’y passe. Je peux juste vous dire que le Président et Général Toussaint, unique responsable du génocide, sera très surpris. Ou bien en aura-t-il le temps ? Car rien n’arrêtera Félicité.

Frédéric Soulier n’a pas son pareil pour nous décrire les sentiments humains, quels qu’ils soient. Il a donc pris un grand soin pour décrire comme il faut, l’amour fraternel de Trésor envers sa sœur et vice et versa.

On a tous au moins une fois dans sa vie, rencontré “des monstres à visage humain” ou des hyènes, pas vous ? Tant mieux car moi oui.

Pour ma part, pour une fois, je n’ai pas versé de larmes, pourquoi selon vous ? Tout simplement parce que je lisais avec un esprit de justice et de défense, les poings bien serrés (dans mon esprit) et j’étais pressée de connaître la fin pour pouvoir peut-être dire encore à l’auteur : “oui je suis en partie, d’accord avec toi” !

Si vous n’avez pas deviné de quel pays il s’agit exactement, l’endroit précis, la postface écrite par l’auteur Patrice Quélard vous le dit. Sans vous spoiler son avis et/ou ses impressions je dirais juste ceci : “moi aussi je pense de cette manière, malgré tout” !

J’espère qu’un maximum de personnes liront ce livre criant de vérité. (Eh oui l’histoire n’est pas tendre mais nécessaire pour ne pas se dire et/ou se rappeler qu’on ne vit décidément pas sur une planète de bisounours.)

Lien vers le livre de l’auteur : https://www.amazon.fr/Fr%C3%A9d%C3%A9ric-Soulier/e/B00NRCWXOY/

Publié par isamonet

Promouvoir les auteurs-res auto-édités et parler des auteurs édités.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :